RENSEIGNEMENTS : au 06 43 19 70 07 ou au 04 78 28 83 14

 
Groupes écoute
.

PROCHAINE RÉUNION

LUNDI 3 JUIN 2019

N'hésitez pas à nous contacter

 

Pour les familles confrontées à la drogue : groupes d'écoute (Les règles : respect, non-jugement, confidentialité : ce qui est dit dans le groupe ne doit pas être répété en dehors)

À Lyon : les 1ers lundis du mois, de 9 h 30 à 12 h, petite salle de la Ficelle, angle du boulevard des Canuts et de la rue Hénon dans le 4ème, (sauf en juillet et août) ; 
Prochaine réunion : le lundi 6 mai 2019 à partir de 9 h 30.

L'Assemblée Générale annuelle aura lieu à la suite (renseignements au 04 78 28 83 14)

Merci de s'annoncer par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou par téléphone au 06 43 19 70 07 ou au  04 78 28 83 14

À Romanèche-Thorins : les 1ers samedi du mois de 14 h à 18 h

Le lieu qui dépend du nombre de personnes présentes sera communiqué directement aux celles et ceux qui se seront manifestés.

A Brest,     contact au 06 79 29 49 10.  Voir site :   http://lephare.29.free.fr/

A Cahors (Lot), contact au 06 74 01 58 84.  

      

        A Lyon, le  groupe de  soutien des familles a débuté en 2000 une fois par mois.

Chaque séance nous permet d'accueillir de  nouveaux parents avec qui nous avons déjà échangé au cours du mois.

Il y a là une dynamique qui nous aide à restaurer un vrai dialogue avec nos enfants et rétablir une relation et un accompagnement réellement constructifs et positifs avec eux. Nous n'avons pas le pouvoir de changer notre enfant mais nous pouvons changer la relation à notre enfant ce qui est considérable et modifie beaucoup le contexte familial.

Ces rencontres sont exigeantes car elles supposent de sortir du déni dans lequel sont encore beaucoup de parents, de prendre conscience dans quelle mesure nous vivons une co-dépendance (dépendre de quelqu'un lui-même dépendant), rétablir des limites difficiles à (re)mettre en place quand nous vivons l'inacceptable au quotidien.

Parler ainsi avec d'autres parents confrontés aux mêmes difficultés s'avère une nécessité pour retrouver une autorité souvent bien émoussée et la juste distance avec nos propres enfants :« je te dis non car je t'aime ! » Exprimer sa fermeté avec tendresse est particulièrement difficile à l'adolescence. Lorsqu'il y a prise de produits, il ne faut pas que cela devienne mission impossible.

Il est d'abord important de ne pas confondre adolescence et toxicomanie, même si certains signes se superposent et cela d'autant plus qu'une confusion risque de cacher un déni. Il s'agit de tenir autant la fermeté que l'amour.

Une fermeté sans amour deviendrait dureté et quant à l'amour pour être réel et vrai, il ne peut être mou. Personne ne souhaite être aimé mollement.

Toutes les familles qui participent régulièrement à ce groupe de soutien et d'échanges s'aperçoivent que le climat familial change, leur regard sur leur enfant aussi (qui est d'abord leur enfant et a besoin que ses parents le perçoivent comme leur enfant et non pas sous l'angle de la toxicomanie car cela risquerait de bloquer son évolution).

Du coup chacun est encouragé par sa propre avancée familiale ainsi que par celle des autres.

     Comme nous fonctionnons dans la confidentialité et non dans l'anonymat, des amitiés spontanées naissent entre les parents qui se revoient entre les réunions et tissent un réseau relationnel de personnes qui peuvent comprendre pour les accueillir avec leur enfant.

          La diversité des sensibilités de personnes dans le groupe permet d'éviter la domination même inconsciente de certains sur d'autres et évite que personne n'abuse de la fragilité psychique de personnes en grande souffrance.

      Des parents se déplacent régulièrement de l'Ain, de la Hte Savoie et de l'Ardèche pour venir à ces réunions. Beaucoup posent des journées de congé le 1er lundi du mois pour ne pas manquer la réunion.

      Nous avons la joie de voir davantage de pères s'investir car nous sommes bien conscients de leur rôle déterminant à l'adolescence.

 

Un père nous écrit :

« Je tiens à vous adresser à tous mes profonds et sincères remerciements pour votre accueil. Votre engagement et l'implication de chacun est forte au sein de votre association. C'est un grand réconfort pour celui qui exprime sa douleur ou ses difficultés en public. Je tiens aussi à vous exprimer une très grande reconnaissance pour votre écoute et votre disponibilité.
Au plaisir de vous revoir et d'aider d'autres parents. Bien cordialement. »

        Pour les personnes de régions trop éloignées, nous maintenons par le téléphone une aide et une écoute chaque fois qu'elles en ont besoin.

 

 

La morale du papillon